Régime méditerranéen
Corps, Santé

Le régime méditerranéen protégerait contre la dépression

Les bienfaits du célèbre régime méditerranéen ont été prouvés depuis de nombreuses années, mais une étude française a récemment révélé un autre de ses bienfaits jusqu’alors méconnu : il réduit les risques de dépression. Un bienfait qui serait notamment lié à l’impact de notre flore intestinale sur notre santé psychique.

Un régime pauvre en viande

Le régime méditerranéen est particulièrement connu pour être pauvre en viande et riche en fruits et en légumes crus. On y trouve également beaucoup de céréales et un peu de poisson, ainsi que certaines huiles, notamment l’huile d’olive. Tous ces aliments participeraient à entretenir et à diversifier la qualité de notre flore intestinale.

En fait, notre estomac est plein de neurones et de bactéries qui vivent dans un environnement fragile dont l’écosystème est précieux. Les aliments raffinés, le sucre, le gras et le sel troublent cet écosystème et favorisent l’inflammation de l’appareil digestif. La flore intestinale se trouve alors totalement modifiée et cela a un impact direct sur la production de neurones et donc sur notre cerveau.

Les nombreux bienfaits d’une alimentation saine

L’alimentation a de très nombreux impacts sur notre santé et beaucoup de magazines d’informations sur la beauté défendent des théories selon lesquelles ce que l’on mange pourrait être responsable de beaucoup de nos problèmes. Effectivement, notre alimentation a des conséquences sur notre poids, notre forme, mais également sur la qualité de notre peau.

Cette récente découverte du lien entre alimentation et dépression permet d’ajouter un autre impact important de notre alimentation sur notre santé. Cependant, le régime méditerranéen n’est pas le seul régime qui serait potentiellement efficace pour prévenir la dépression. L’étude française semble avoir prouvé qu’il réduisait les risques de 33 %, mais elle n’a pas affirmé qu’aucun autre régime ne pouvait faire mieux ou, au moins, autant.

La viande, de plus en plus exclue

En tout cas, une nette tendance s’affiche au fil des études sur les bienfaits des différents régimes : l’exclusion de la viande. Effectivement, toutes les études récemment menées ne se montraient vraiment pas tendres avec la consommation de viande dont les supposés bienfaits ont presque tous été contredits ou minimisés par les conséquences négatives de la consommation.

Par exemple, il est vrai que la viande contient du fer héminique, plus facile à absorber pour le corps humain que le fer non héminique présent dans de nombreux légumes. Il est donc plus facile d’obtenir les quantités de fer quotidiennement nécessaires en mangeant de la viande.

Cependant, les légumes contiennent plus de fer et le fer héminique provoque une inflammation importante du système digestif. Comme nous le disions plus tôt, cette inflammation favorise les dépressions, mais également les cancers du côlon et des intestins. Un avantage de la viande à relativiser donc.

Articles proches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *