Manger bio
Santé

Une étude française prouve que l’alimentation bio réduit les risques de cancer de 25 %

Lundi 22 octobre, la revue scientifique JAMA a publié les résultats d’une étude scientifique française portant sur les liens potentiels entre alimentation biologique et diminution des risques de cancers. L’étude a dégagé l’existence d’une baisse significative du risque de cancer de 25 %. Pourtant, l’étude reconnaît également certaines limites et invite à traiter cette information avec recul.

70 000 sujets étudiés

De 2009 à 2016, les scientifiques qui ont mené cette étude ont analysé un groupe de près de 70 000 Français, majoritairement composé de femmes éduquées. Pendant sept ans, ils ont posé de nombreuses questions aux participants, notamment sur leurs habitudes de consommation alimentaire et sur leur rapport avec la bio.

Pendant toute la durée de l’étude, 1 340 personnes ont été atteintes d’un cancer. En abordant cette donnée grâce aux informations qu’ils avaient sur les habitudes de consommation des personnes concernées, les scientifiques ont découvert que, parmi les personnes consommant des produits bio fréquemment, le nombre de cancers était inférieur de 25 %.

L’impact de l’alimentation sur la santé

Si l’impact de l’alimentation sur la santé est bien connu et que modifier son alimentation est souvent conseiller pour améliorer ses conditions de vie et de santé, cela ne fait pas du résultat de cette étude une vérité absolue. Si modifier son alimentation est une excellente astuce pour avoir de beaux ongles, des cheveux plus solides et pour vivre plus longtemps, ce n’est pas ce que cette étude prouve.

Effectivement, l’alimentation biologique n’implique pas forcément une alimentation dénuée de contact avec les pesticides. En plus, il est difficile de prendre en compte les nombreuses variations de comportements alimentaires et quotidiens entre les amateurs de produits bio et ceux qui n’y prêtent aucune attention.

D’ailleurs, les scientifiques à l’origine de cette étude ont volontiers admis les nombreux biais qui existaient au sein de cette étude. Puisque beaucoup de personnes n’ont pas accès à la bio pour des raisons diverses et parfois sociales, l’augmentation du risque de cancer pourrait également être expliquée par ces raisons-là.

Des cancers spécifiques

Enfin, il faut également prendre la peine de préciser les cancers principalement concernés par les résultats de l’étude. En effet, la diminution du risque de cancer entre les personnes consommant des produits bio ou non n’était pas systématiquement la même d’un cancer à l’autre.

En fait, les deux cancers où cette diminution était significative sont le cancer du sein chez les femmes ménopausées et les lymphomes. Pourquoi ? L’étude ne le dit pas, mais elle donne du grain à moudre à de futures études sur l’impact de l’alimentation et des pesticides sur notre organisme.

Articles proches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *